Un nouveau départ vers l’inconnu

Torres del Paine, Chili
Torres del Paine, Chili

Une vie ponctuée par des départs et des retours est paraît – il ce qu’est devenue la mienne. Mais voyager n’est plus un objectif ou un rêve en soi, seulement un moyen, une manière parmi tant d’autres, de vivre.

Il est vrai que le besoin de bouger bouillonne encore en moi, mais il est desormais tempéré par une certaine paix intérieure qui ne voit en le temps et ses impératifs qu’un moyen d’apprendre et non une urgence quelconque.

Je repars donc dans quelques jours, cette fois – ci et à la différence de la première étape du voyage entamée il y a un an et demi, sans aucun plan ni date de retour. En somme une vie de nomade qui se profile mais qui ne rejette aucune possibilité. M’installer quelque part, pour des semaines, des mois ou des années n’est absolument pas écarté.

Ce qui importe désormais n’est ni le trajet, ni le temps, ni la manière de faire. Seul l’objectif compte et on est bien d’accord qu’il y a une infinité de possibilités, de chemins, pour atteindre un objectif.

Et cet objectif, après une expérience de voyage riche en rencontres, en découvertes, en joies et désillusions de tous genres, n’a plus rien de tangible, il n’est plus SMART comme aime à les appeler les férus de la gestion des projets. Cet objectif n’est point défini par des résultats ou des délais, il n’y a aucune certitude quant à sa réalisation…si ce n’est la foi.

Je repars donc dans un nouveau voyage, une suite au premier certes mais bien différent, avec comme seul objectif un détachement, qui va en s’agrandissant, de…moi, de mon ego, de cette identification personnelle qu’on pense nous définir entièrement. Un détachement pour créer le vide et laisser l’espace se remplir par un Soi plus universel, plus unificateur, en lieu et place d’un soi plus prompt à se défendre de l’autre qu’à l’aimer inconditionnellement.

Je vous l’ai dit, un objectif qui n’a rien de tangible, un saut dans l’inconnu, hors de la plus puissante des zones de confort; La définition même qu’on se donne de soi-même.

Mais pourquoi irais-je dans ce sens alors que j’avais des rêves et des projets plus prometteurs? Un voyage au long court en Asie, des projets pour gagner ma vie de nomade, un voyage à deux qui symbolisait mon plus grand rêve, faire du chemin avec l’homme que j’aime…

Pourquoi donc laisser tomber mon plus beau rêve, entrain de se réaliser, pour me jeter toute entière dans l’entreprise la plus vague et la plus incertaine de ma vie? Tout simplement parce que dans cette incertitude totale je retrouve en moi la foi, celle qui crée le chemin sous mes pieds à chaque fois que je les bouge, celle qui n’a besoin de rien, car elle a déjà tout, pour me guider…vers la paix, l’amour et la joie qui n’ont point besoin de raison pour exister et perdurer.

Allez disons le en d’autres termes plus simples, ce voyage est destiné à être une errance mystique en quelque sorte, à la recherche de rien en particulier mais avec la conviction de retrouver le Tout, le Un.

La première étape, qui devrait durer quelques mois, sera dans la campagne brésilienne à Source Temple; Amorcer l’écriture d’un livre, continuer ma formation en tant que thérapeute rebirther, enseigner peut être dans l’école du village…je n’en sais trop rien si ce n’est que je voudrais me devouer à être au service des autres, sans attente de retours!

Ensuite, au moment venu, quand j’aurais l’envie et que j’en sentirais le besoin, je partirais..et au premier pas effectué, un chemin se dessinera.

Suivrez – vous cette nouvelle aventure vers l’inconnu?  En tout cas ça me ferait plaisir de continuer à partager mon voyage. Plus on est nombreux sur les chemins de l’inconnu plus on s’amuse 😉

More from Houda Chaloun

Port Lockroy, ou comment envoyer une carte postale de la fin du monde

Port Lockroy en Antarctique est le bureau de poste le plus insolite...
Read More

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *