Konya, à la rencontre de Mawlana Jalaluddin Rumi 

Un rêve vieux de plusieurs mois ou années, je ne saurais dire. Cette ville a habité mon imaginaire pendant longtemps en tout cas. J’ai rêvé d’aller à la rencontre d’une idée de Rumi, dans cette ville qu’il a habilité de son vivant. Konya, la ville qu’il continue de bercer d’une énergie d’amour à travers le temps.

J’avais en tout cas activement nourri ce rêve de visiter Konya depuis mon long séjour à Source Temple. Une communauté spirituelle à côté de la ville brésilienne de Cunha. Cunha qui se prononce d’ailleurs Kounya, coïncidence?!  Et c’est bien au temple que j’avais commencé à étudier Masnavi. Je voulais apprendre à écouter la voix du coeur et me mettre entièrement sur la voie du coeur…

“Il y a une voix qui n’utilise pas les mots. Écoute !”

J’ai essayé tant bien que mal d’écouter cette voix, celle de l’univers ou du divin, qui n’a jamais cessé de me parler, même lorsque, souvent, je me suis perdue et détournée d’elle.  Cette voix ne cesse de me murmurer du plus profond de moi-même que mon bonheur est ma seule raison d’exister, c’est la fonction que je dois accomplir dans cette vie. Et je l’écoute donc parce que personne ne m’a jamais rien proposé de mieux, ni la société, ni mon propre égo, ni les pratiques des religions et diverses doctrines.

Je l’écoute donc, quand elle me murmure de me diriger quelque part, de faire confiance à quelqu’un, de me laisser me perdre, d’oublier le temps, les autres et moi-même. Je l’écoute parce qu’elle se présente sous une forme de confiance infinie, de bienveillance profonde, d’un amour inconditionnel.

Et c’est bien cette voix qui m’a mené jusqu’à Konya et dirigé mes pas vers le Mausolée de Mawlana.

“Au delà des concepts du bien et du mal, il y a un endroit, c’est là que je vais te retrouver”

Je n’ai pas retrouvé Rumi dans son mausolée même si notre rencontre physique s’est bien située Au Musée de Mevlana à Konya. Nous nous étions retrouvés depuis toujours, il est en moi, partout, en dehors du temps et de l’espace, car il est simplement, au-delà de l’homme ou du concept, le maitre qui a su prendre mon coeur entièrement pour le remettre au divin.

Il y a bien un endroit que Rumi m’a appris à atteindre, là ou le mal et le bien n’ont plus aucune importance, là ou être heureux ou triste n’ont plus aucun sens, là ou tout se confond en une seule énergie d’amour infinie. Cet endroit se situe dans une mémoire oubliée que j’essaye de recouvrer, une mémoire où nulle séparation ne peut persister…là ou je retrouve l’Uniité.

“Ta tache n’est pas de chercher l’amour, mais simplement de chercher et trouver les obstacles que tu as construits contre l’amour”

Car l’amour est. Il n’a besoin d’aucune raison pour être, il est la raison d’être!

Dans ma quête d’harmonie pendant ces trois dernières années j’ai quitté une situation et une vie “normale”.  J’ai eu alors à me délester de tant d’obstacles obstruant cette vision de l’amour. Et j’ai surtout Jeu la chance de rencontrer plusieurs maitres. L’Ayahuasca qui a tout simplement chamboulé ma vision du monde tel que je le connaissais. Beloved, à Source Temple, m’a appris par la suite à reconnaitre le fonctionnement de l’égo et à observer ses jeux puériles.  Et puis Rumi qui m’a conjuré tout simplement de me détendre, pour voir que tout est déjà harmonie, qu’il me suffirait juste de l’accepter.

Rumi m’a appris à tomber amoureuse…

Je suis donc tombée amoureuse de Konya et dans le paisible Musée de Mevlana j’ai retrouvé en un instant tous mes “Beloved”, pour l’éternité.

“Ferme les yeux, tombe amoureux, reste comme ça”

Konya – Les infos pratiques

1. Comment s’y rendre

Par avion: Pegasus a des offres très intéressantes pour des vols d’Istanbul vers Konya, tournant autour de 30 euros A/R.

Par bus: De Goreme en Cappadoce se sont 3 heures de trajet en bus. Les bus turques sont très confortables et bon marché. Ne surtout pas dormir pendant le trajet malgré le confort, les vues sont très belles.

2. Où loger à Konya

Je recommande vivement Dervish Hotel où j’ai logé pendant mon séjour dans la ville.  J’y ai aussi fait de jolies rencontres, notamment Muammar le propriétaire de l’hotel. Il a était extrêmement gentil et généreux en conseils et en discussions.

L’endroit est à quelques pas du musée et a une atmosphère bien cozy. J’ai adoré les tapis qui ornent tous les recoins de l’hôtel.  On y laisse ses chaussures à la porte pour frôler de ses pieds nus la douceur des tapis.

3. Que faire à Konya

Le Musée de Mevlana bien évidemment, mais pas en visite rapide. Je conseillerais d’y passer un bon moment: méditer, prier, essayer de sentir la belle énergie qui y règne. On ne le visite pas comme on pourrait visiter n’importe quel autre musée. Il y a également plusieurs mosquées à visiter dans la ville ainsi que des sites historiques. Pour ma part j’ai passé deux jours au musée, l’objectif de ma visite étant très clair.

Pour les soirées de Derviches tourneurs au musée il faut absolument être à Konya le samedi. Les représentations des derviches se font très rares en dehors de ce rendez-vous.

 

Tu planifie un voyage en Turquie? Voilà de quoi t’inspirer…

À la découverte de la féerique Cappadoce

 

Istanbul sous le signe des plaisirs 

Fethiye en Turquie: Parapente, Cité fantôme et Randonnée

Konya, à la rencontre de Mawlana Jalaluddin Rumi 

Sur la route Lycienne, un petit paradis nommé Kas 

Globetrotteuse et blogueuse marocaine. Je partage sur cet espace mon expérience personnelle du voyage, sa préparation, ses innombrables plaisirs, ses couacs et surtout comment il me permet d'apprendre, d'échanger et d’évoluer.

8 Comments

  • Bonjour Houda

    Très beau texte et félicitation pour ton parcours éclairé.

    C’est triste de voir tant de monde perdu dernière des obstacles comme tu dis alors que l’amour divin est partout.

    Au plaisir de te lire

    Prends soin de toi

    Reply
    • Merci Najib pour ces gentils mots. Rien n’est triste à mon humble avis, il nous faut juste accepter la réalité et les conditions des uns et des autres sans trop de jugement et ça ira mieux 😉 Merci encore et au plaisir de te lire ici, ça fait vraiment une visite d’une autre vie 😉

      Reply
  • J’étais passé par Konya également quand j’ai traversé la Turquie, mais j’avoue, honte à moi, ne pas très bien m’en souvenir. Roumi, je ne connaissais pas tu tout. Tes images ravivent quelques souvenirs, et ravivent surtout le fait qu’il faut absolument que je retourne en Turquie 🙂

    Reply
  • Quel bonheur! Merci

    Reply
  • tres beau texte.tu donnes vrament envie d y aller.merci d avoir partage ces beaux moments avec nous.

    Reply
    • Merci Sabah, si tu y vas ais une petite pensée pour moi <3

      Reply
  • Salam houda..tu peux pas imaginer à quel point ça m’a réjoui de découvrir que je ne suis pas la seule qui est en quête continue de quiétude et d’harmonie avec ce monde et je rêve toujours de visiter konya. Je te remercie beaucoup pour tes conseils et à mon tour je te suggère de lire le bouquin :بحثا عن الشمس. La lecture de qq page suffit pour me transporter au monde de l’amour et de la beauté. J’espère visiter prochainement konya j’ai envie de faire le vide et sentir l’énergie et la vraie force de l’amour et la paix.

    Reply

Write a comment