Carnets de Voyage, Conseils aux Voyageurs, Maroc

Voyage au Maroc en auto-stop: 1600km d’El Jadida à Dakhla

Il y a quelques semaines j’avais décidé de me lancer dans une expérience inédite pour moi. Un voyage au Maroc en auto-stop. Quelques 1600km d’El Jadida, ma ville, jusqu’au paradis du kitesurf, la ville de Dakhla dans le Saraha.

J’avais fait de l’auto-stop ailleurs et le faire dans mon propre pays était donc une grande première. L’aventure chez soi a quelque chose d’encore plus excitant!

Une aventure que, pour une fois, je n’avais pas prévue seule. Nous étions donc 3 femmes marocaines, avec ma soeur et une amie, à le faire dans un pays où, en se fiant seulement aux idées préconçues, ce n’était pas spécialement recommandable.

On a pu vivre et prouver le contraire. Le voyage au Maroc en auto-stop: Une expérience enrichissante à tous les niveaux. Rencontres, dépassement de ses propres limites, lâcher prise, confiance en soi et en les autres,… que de valeurs que nous avons pu vivre et partager pendant ce voyage.

Je vous livre donc mes 10 conseils, fruits de cette expérience, pour un voyage au Maroc en auto-stop bien réussi:

1. Nombre d’auto-stoppeuses: 2 idéalement, 3 au max. Plus de 3 personnes ça devient presque impossible de rester ensembles, alors qu’à deux on est plus enclin à trouver rapidement des automobilistes ayant suffisamment de place pour les auto-stoppeurs mais aussi pour leurs sacs.

2. Seule ou à plusieurs? Je ne conseillerais pas de le faire seule, non pas par paranoïa  mais juste pour rester plus relax question sécurité. Le voyage c’est surtout pour s’amuser et non pas pour rester sur ses gardes tout le temps. J’en connais qui le font seules au Maroc sans problème mais ça reste un choix personnel.

3. Ne jamais se séparer: il était plus difficile certes de le faire à trois vue que plusieurs voitures qui s’arrêtaient avaient de la place seulement pour deux, mais on y tenait absolument et ça a marché.

4. A deux ou plusieurs, il ne sert à rien de rester toutes debout à attendre un véhicule, mais il est important de rester toutes visibles, même assises, question de montrer votre nombre et d’éviter à des conducteurs, avec une seule place notamment, de s’arrêter pour rien, en vous faisant par la même occasion rater la voiture qui suivait et avait plus de place.

5. Prendre son temps et prévoir d’arriver toujours dans une bourgade habitée avant le coucher du soleil.  Etre surtout prête à laisser tomber et à rester sur place à n’importe quel moment; la sécurité avant tout.

6. Privilégier des trajets plus longs: Entre deux villes par exemple attendez un peu plus pour trouver une voiture qui part le plus loin possible au lieux de petits trajets. En règle générale ça vous prendra plus de temps de faire des petits trajets que d’attendre longuement un transport qui va plus loin.

7. Se placer à l’extérieur de la ville pour attendre un véhicule, mais pas très loin au cas où il est nécessaire de revenir sur ses pas. De préférence se placer juste après le poste de contrôle des gendarmes. Les camions ne s’arrêteront pas (car il leur interdit de prendre des gens, et le faire devant des gendarmes ne se fera certainement pas) mais il y a une certaine sécurité à choisir cet emplacement on est bien d’accord.

8. “Filtrer”: Ne pas monter dans n’importe quel véhicule. Suivre son intuition pour dire oui ou non. Et quand on ne le sent pas, surtout ne pas hésiter à dire non sans plus de justifications. Un “Merci mais non, on ne veut pas.”, fait passer le message très clairement.

9. Ne pas juger. Quand je parle d’intuition dans le point précédent, je ne parle absolument pas de jugements. Il y a eu des véhicules et des personnes avec qui on n’aurait pas pris la route si on se fiaient à des jugements, qu’ils soient les nôtres propres ou ceux par lesquels on est conditionné dans notre société. On a suivi notre intuition et on n’a jamais regretté d’être plus prédisposées à dire oui que non finalement.

10. Prenez de quoi vous hydrater, des snacks, des fruits, de la musique et surtout beaucoup de bonne humeur et d’optimisme. L’attente peut parfois s’avérer très laborieuse, mais votre bonne humeur à toute épreuve est certainement votre meilleur allié pour un auto-stop réussi.

Qu’en pensent d’autres marocaines ayant déjà tenté le voyage au Maroc en auto-stop?

Nous ne sommes pas les seules marocaines à avoir fait de l’auto-stop au Maroc, pour d’aussi longues distances. J’ai eu à connaitre d’autres marocaines qui ont partagé leurs aventures avec moi lorsque j’ai parlé de ce voyage. Leurs expériences sont très inspirantes et je me fais un plaisir de les partager avec vous. Chacune partage aussi 3 conseils pour faire de l’auto-stop en étant femme au Maroc.

Sarah Elouatan:

23 ans, Sarah a commencé à voyager depuis 4 ans et a décidé d’entamer une aventure d’El Housseima jusqu’à Dakhla en Auto-stop pendant 50 jours cet été. Un trajet de presque 5000km aller/retour, totalement improvisé et qui lui a permit de “devenir plus forte, plus optimiste et réaliste à la fois” confie-t-elle.

Sarah partage avec nous ces 3 conseils clés pour faire du stop au Maroc:

1. Vider son esprit de toute pensée négative: Il faut croire en la bonté de ses semblables et faire confiance en son intuition. Monter une voiture tout en étant angoissée n’est pas une bonne attitude pour remercier son automobiliste. Il est également indispensable aussi de montrer sa confiance en soi et en ce qu’on fait, sa détermination et sa résolution.

2. Demander des renseignements à propos des distances à parcourir, des villages à coté, des lieu où la circulation est certaine et dense. En auto-stop il n y a pas de certitude, prévoir un plan B est indispensable.

3. Viser des véhicule de service et des camionnettes de marchandises, parfois c’est plus rassurant qu’une voiture personnelle.

Zineb Boujrada:

Zineb est activiste et étudiante en droit des femmes. Entre deux conférences elle en profite pour voyager et découvrir le monde. Pour Zineb la sécurité quand on est femme voyageant seule en auto-stop vient en premier. Elle a testé le voyage au Maroc en auto-stop avec une autre voyageuse marocaine de Fes jusqu’à Merzouga, Marrakech, Agadir et Essaouira jusqu’à Casablanca. Voici donc ces conseils pour effectuer un voyage au Maroc en auto-stop, en toute sécurité:

1. Pour être rassurée sur la route, où le problème d’harcélement sexuel peut se présenter à n’importe quel moment, il faut se familiariser avec des techniques d’auto-défense et garder son sang froid.

2. Essayer de se placer à côté de stations services et points de contrôle de police ou gendarmes.

3. S’intéresser à la ou les personnes qui vous transportent: discuter, poser des questions sur leurs vies, parler de la votre, question de mettre tout le monde dans une ambiance détendue et en confiance. Surtout ne pas dormir dans le trajet quand on est seule.

N’hésitez pas à suivre Zineb dans ses voyages par ici.

Bonus: Quelques chiffres de cette aventure

5: Jours pour faire El Jadida- Dakhla (1600km) en auto-stop.

21: Véhicules qui nous ont transporté pendant le trajet; ça allait de la charrette à la Porsche Panamera en passant par le poids-lourd.

34: Personnes rencontrées lors du transport seulement.

3: Heures d’attente maximum

4:  Minutes d’attente minimum.

7: Nuits de camping et camping sauvage sur les 10 nuits du voyage.

Et vous alors? Avez-vous des conseils pour faire un voyage au Maroc en auto-stop? Pourquoi ne pas les partager ici?

Globetrotteuse et blogueuse marocaine. Je partage sur cet espace mon expérience personnelle du voyage, sa préparation, ses innombrables plaisirs, ses couacs et surtout comment il me permet d'apprendre, d'échanger et d’évoluer.

7 Comments

  • Excellent article Houda ! Franchement ça fait plaisir de voir des femmes marocaines prendre ce genre d’initiatives et de surcroît au Maroc ! En attendant que ça devienne “normal” qu’une fille fasse de l’autostop 😀

    Reply
    • Hahaha oui on attend ce jour avec grande impatience 😀

      Reply
  • Salut à toi ! Merci pour ces conseils qui peuvent finalement s’appliquer à tous les pays du monde 🙂

    Je me suis permis de te mettre un lien dans mon guide sur l’autostop : http://capitaineremi.com/guide-autostop-conseil-pratique-1768/

    Bon vent !

    Reply
    • Merci Capitaine pour le guide, ça serait bien utile pour bcp d’entre nous 🙂

      Reply
  • Je crois que faire du stop en tant que locale (ou nationale) est toujours un peu différent de l’expérience qu’en font les étrangères. Une copine turque qui fait du stop en Turquie me racontait un peu ses aventures et comment les chauffeurs la percevaient. Il y a avait une grande différence entre son expérience et la mienne. Je me demande à quel point c’est le cas aussi pour le Maroc. Dans tous les cas, merci d’avoir partagé ton expérience, on en a besoin de plus ! Si ça t’intéresse d’apparaître chez moi comme “Auto-stoppeuse fantastique”, ça me ferait plaisir de te présenter sur mon blog d’auto-stop au féminin. 😉

    Reply
    • Tu as raison, l’expérience risque d’être un peu différente. On a pas vraiment trop l’habitude de voir des marocaines faire du stop ici, on nous a pris pour des étrangères pas mal de fois et on était très surpris de nous savoir marocaines. ça crée des situations très drôles surtout. Ayant fait du stop ailleurs qu’au Maroc, je pense que la clé pour bien s’amuser c’est toujours de connaitre un minimum la langue du pays. Et oui ça me ferait énormément plaisir d’apparaitre sur ton blog. Merci 🙂

      Reply
  • Tout simplement excellent! Merci de partager vous experience avec autant de detaille et clarté, très util!!!

    Reply

Leave a Reply

%d bloggers like this: